Concerts & Festivals Salsa, Latin Jazz, Musiques du Monde

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Mory Kante au Babel Med Music 2012

Correo electrónico Imprimir PDF

Babel Med Music
8ème édition
 29 & 31 Mars 2012

Coup de Cœur:  MORY KANTE

Madre África, Papá Kante!

Vendredi dernier nous avons assisté au "retour du guerrier guinéen" sur la scène des Docks des Sud, où la 8ème version du Babel Med Music s’est achevée avec un succès grandissant. Le soleil a accompagné ces trois jours de rencontres entre producteurs, artistes et public qui deviennent ainsi un véritable tremplin pour les jeunes talents et un Forum pour faire rebondir ceux qui sont sur la route depuis la nuit du temps…

« Je suis arrivé en France en 1982 et j’ai rencontré l’Afrique. Dans le midi j’ai été accueilli par des sénégalais, camerounais, guinéens, marocains, capverdiens et bien sûr, par quelques «autochtones», qui m’ont offert non seulement leur sourire, mais également un lit, une couverture et une amitié inconditionnelle.
Je venais d’une Colombie chaotique et déchirée et je suis tombé dans la marmite de Mamá África avec ses gombos, ses sauces aux cacahuètes, ses poulets citronnés, ses poissons à se lécher les doigts, et le tout pimenté d’une spontanéité qui m’était familière. J’ai découvert le mafé, le yassa, le bissap, mais aussi la kora, les chants des griots, et une partie des mes racines transmises par le biais des fils invisibles et des flux migratoires…En résumé, je faisais connaissance avec mes cousins, avec les sources de la culture afro-amérindienne, bariolée d’hispanité et de quelques herbes d’ici et là.

Nous étions une bande d’étudiants, des chercheurs –de sensations !, des débrouillards: des Immigrés. Amat, Pape, Assan, Sadou, Morad, Samba, et mon guide Marc Boudet, un marseillais au cœur africain, avec qui j’ai commencé les émissions sur Radio Méditerranée Provence. Nous étions jeunes et avides, hardis, optimistes, pauvres et heureux.

J’avais apporté mes cumbias, salsas, bullerengues, currulaos, sones, boleros et mon baluchon de rêves, j’écoutais avec nostalgie les «voix et les mélodies de mon passé», quand un jour j’ai découvert Salif Keita, King Sunny Ade, Manu Dibango et tous les autres. Je passais des heures, envouté, aux sons de ces nouveautés.

Un jour Marc m’invita à découvrir une caverne d’Ali Baba remplie de milliers de vinyles de toute l’Afrique, des Caraïbes et d’Amérique Latine, en 45 et 33 tours, la Maison Kahn, au 8 de la rue Barbaroux, en haut à droite de la Canebière, où Sébastien Palau, surnommé Monsieur Kahn nous recevait avec sa pipe et son sourire. Parallèlement, pendant cette même période, à Aix en Provence, dans la rue Félibre Gault, un burkinabé du nom de Salam Ouedraogo tenait depuis 1977, le restaurant Haute Volta, et diffusait quelques nuisances nocturnes : les Luambo Makadi dit Franco, Oriental Brothers of Africa, Prince Nico Mbarga, Sam Mangwana, Ikenga superstars, Héctor Lavoe, La Perfecta et les Etoiles de Dakar, entre autres.

En cette période, c’était « Emma » de Toure Kunda, sorti en 1980 qui « cartonnait » dans l’hystérie générale. En 82, dans Taxi Brousse, l’émission que nous animions avec Marc sur RMP à Aix, nous avions diffusé le premier LP d’un griot guinéen qui avait eu l’idée géniale d’électrifier sa kora, le petit malin de la pochette, Mory Kante.

La même année un jeune chanteur en grand boubou bleu, d’une timidité plus que prudente donne un concert quasi privé dans une salle de restaurant chemin de Gibbes à Marseille. Sa voix déjà claire et déterminée s’imposera internationalement, il a alors 22 ans et s’appelle Youssou N’Dour. Durant l’été 83, un nommé King Sunny Ade donne un concert magistral à Avignon, et puis Fela Anikulapo Kuti fait une tournée européenne et passe à Marseille…

30 ans sont passés…
Quand j’ai appris que Mory Kante était programmé au Babel Med, les souvenirs ont ressurgi, et le vendredi 30 mars, j’étais au premier rang pour revivre ces moments et faire renaître des vieilles sensations… J’avoue que j’étais un peu sceptique, j’avais peur d’être déçu. Mais quand le maître est apparu sur la scène de la Salle des Sucres avec sa bande cosmopolite et le même sourire juvénile, quand il a présenté son dernier album
« La Guinéenne », et a étalé cet hommage vibrant à toutes les femmes du monde, les frissons ont commencé à m’envahir.
Mory Kante et sa Big Band explosent avec une sonorité où se croisent des voix ancestrales, des cuivres funks, un sublime balafon mandingue et des colonnes rythmiques et mélodiques qui font chavirer la salle et déhancher les plus raides… Tout le reste il faut le vivre, le gouter, le savourer…

Je vous suggère de « poursuivre » le Griot dans sa tournée européenne, d’acheter le disque «La Guinéenne» et de vous plonger dans les méandres d’une musique sans étiquette, fraiche, éternelle, ancestrale et contemporaine… »

Ernesto Concha
02.04.2012
photo: Delphine Bertrand ©

La Guinéenne (sortie le 30 Avril 2012)

CONTACTS:

Label: Esta dirección electrónica esta protegida contra spambots. Es necesario activar Javascript para visualizarla (Pierre-Olivier Toublanc)
International: Esta dirección electrónica esta protegida contra spambots. Es necesario activar Javascript para visualizarla (Charlie Voisin)
Promo: Esta dirección electrónica esta protegida contra spambots. Es necesario activar Javascript para visualizarla (Axel Cléman)
Management & Booking: Esta dirección electrónica esta protegida contra spambots. Es necesario activar Javascript para visualizarla / Esta dirección electrónica esta protegida contra spambots. Es necesario activar Javascript para visualizarla (Juan R. Yriart)
Concert booking for France: VO Music Esta dirección electrónica esta protegida contra spambots. Es necesario activar Javascript para visualizarla
Esta dirección electrónica esta protegida contra spambots. Es necesario activar Javascript para visualizarla (Sabine Girbeau)

http://www.discograph.com/morykante/
http://www.vo-music.com/

 
Copyright © 2014 Concerts & Festivals Salsa, Latin Jazz, Musiques du Monde. Todos los derechos reservados.
Joomla! es un software libre publicado bajo la licencia GNU/GPL.

Rechercher

Musique, Cinema, Litterature d'Amérique Latine

<< Abr 2014 >>
LMMJVSD
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930

Cultures & Musiques d'Amérique Latine et des Caraïbes

Hommage à Luis Villoro

Hommage à Luis Villoro
Rencontre à L'atinoir le 23 avril

En hommage à Luis Villoro, philosophe mexicain disparu récemment, L’atinoir vous propose, pour revenir sur sa vie et son travail, un texte de son fils l’écrivain mexicain Juan Villoro, qu’accompagne une brève présentation de Gérard Malgat, auteur à L’atinoir de Max Aub et la France ou l’espoir trahi et de Gilberto Bosques, la diplomatie au service de la liberté.
Les textes sont disponibles en libre accès sur le site de L'atinoir, et la version originale du texte de Juan Villoro est lisible sur le site de La Jordana.

 


Le mercredi 23 avril à 18h30, L’atinoir vous propose de venir rencontrer la cinéaste brésilienne Claudia Neubern (réalisatrice de Perpetua 664), qui écrit par ailleurs des textes de formes brèves qu'elle présentera et qui seront lus (en portugais et en français). Ce sera aussi l’occasion de lire quelques extraits du recueil de nouvelles Des Vies exemplaires de Mempo Giardinelli.

  Les Livres du mois

Le Diable en France
Lion Feuchtwanger
(Le livre de poche)

"Seul récit autobiographique d'un des plus grands écrivains allemands de son époque, Le Diable en France retrace l'internement de Lion Feuchtwanger au camp des Milles, près d'Aix-en-Provence." (Présentation de l'éditeur.)
Prix : 6,60 euros


Read More...